Simon de Pury se lance dans l’Internet de la vente

Beaucoup se demandaient ce que Simon de Pury allait bien pouvoir faire après avoir quitté la maison de ventes aux enchères qui avait porté son nom pendant bien des années et qui est aujourd’hui propriété du groupe russe Mercury*. Et bien voilà la réponse : après deux ans et demi de réflexion, l’ancien président de Phillips de Pury & Company reprend du service en se lançant dans le digital. Son site, www.DePury.com, sera inauguré à l’automne -le 12 octobre pour être précis- avec la vente de 400 œuvres de la collection de la baronne Lambert dont la banque (la Banque Bruxelles Lambert / BBL) a été rachetée à la fin des années 1990 par le groupe ING.maxresdefault-1024x576

En 2004, Simon de Pury s’était déjà occupé de la vente d’une partie importante de la collection Lambert rassemblant de nombreux clichés historiques de Man Ray, Hilla et Bernd Becher, Larry Clark, Gordon Matta-Clark, Jeff Wall, Thomas Struth ou encore Andreas Gursky.

Pour ne pas perdre le côté humain, les œuvres qui seront dispersées sur la toile seront préalablement exposées sur Dover street, à Londres, dans les locaux de la galerie Mallett Antiques qui s’associe avec Simon de Pury dans cette nouvelle aventure.

Pour financer la plateforme, Simon de Pury a aussi sollicité Klaus Hommels, homme d’affaires suisse spécialisé dans le capital-risque connu pour ses prises de participation dans de nombreuses start-ups qui ont fait sa fortune comme Facebook, Skype et plus récemment Spotify et Xing. Espérons pour lui que De Pury soit un aussi grand succès.

* Mercury est un groupe russe spécialisé dans la distribution de voitures, de bijoux et montres de luxe comme Ferrari, Bentley, Armani, Breitling, Rolex, Chopard, Fabergéou encore Tiffany.

Advertisements