Oeuvre certifiée, certificat d’authenticité obligatoire!

http://www.myartmakers.com/le-mag/oeuvre-certifiee/Capture-d’écran-2015-05-18-à-16.34.35

Oeuvre certifiée, on oublie pas le certificat d’authenticité!

Assurez-vous que l’œuvre dont vous venez de prendre possession est certifiée authentique. Toute œuvre certifiée sans exception est vendue avec un certificat d’identité. Ce certificat permet de déclarer, d’identifier et d’authentifier une œuvre et devra la suivre toute sa vie. Il permet une identification supplémentaire et joue un rôle important quant à l’appréciation de l’œuvre.

Oeuvre certifiée, certificat d’authenticité obligatoire!

Share on Facebook9Tweet about this on Twitter3Share on LinkedIn10Share on Google+3Pin on Pinterest0

Oeuvre certifiée, on oublie pas le certificat d’authenticité!

Assurez-vous que l’œuvre dont vous venez de prendre possession est certifiée authentique. Toute œuvre certifiée sans exception est vendue avec un certificat d’identité. Ce certificat permet de déclarer, d’identifier et d’authentifier une œuvre et devra la suivre toute sa vie. Il permet une identification supplémentaire et joue un rôle important quant à l’appréciation de l’œuvre.

MyArtMakers - oeuvre certifiée - Exemples
MyArtMakers – oeuvre certifiée – Exemples

Une préoccupation ancienne

Si la notion de faux remonte à l’Antiquité, il est intéressant de voir que la notion d’authenticité ne commence à avoir son importance qu’à partir de la Renaissance. En effet, sous l’Antiquité, les romains avaient déjà compris qu’en faisant des copies de statues grecques ils pouvaient en tirer profit. Profit qui guide toujours aujourd’hui cette volonté de copier à l’identique, de créer des « faux » et donc de tromper l’acheteur. La différence est qu’à l’époque, le mal semblait moindre, car on attachait plus d’importance à l’œuvre en elle-même qu’à l’artiste.

Cette notion d’authenticité, si elle évoque immédiatement chez nous l’idée d’un certificat, ne connaît pas de définition générale et précise sur le marché de l’art. Elle est en effet fondée sur la base de textes règlementaires très lapidaires, sur la jurisprudence et sur les pratiques professionnelles. A ce titre, le décret Marcus du 3 mars 1981 nous donne quelques règles succinctes sur les mentions que l’on doit retrouver dans un certificat, ou du moins dans le document accompagnant la vente de l’œuvre : « la nature, la composition, l’origine et l’ancienneté de la chose vendue ».

Oeuvre certifiée en quelques points

En pratique, voici les principales notions que l’on doit retrouver dans un certificat d’authenticité, sorte de « carte d’identité de l’œuvre » :

  • Le nom de l’artiste
  • Les numéros professionnels (Maison des Artistes, SIRET, SIREN, …)
  • Une photo de l’œuvre
  • Le titre
  • Les dimensions
  • La technique et matériaux utilisés
  • Le support
  • La date de création
  • L’emplacement de la signature
  • Le numéro d’identification pour une œuvre provenant d’une série (pour les photos par exemple)
  • Le nombre d’exemplaires réalisés si elle provient d’une édition limitée
  • La signature de l’artiste (tampon officiel, emprunte digitale)
  • La date de délivrance du certificat
MyArtMakers - oeuvre certifiée - Exemples
MyArtMakers – oeuvre certifiée – Exemples

Une valeur primordiale

Attention, le prix de l’œuvre ne doit pas être indiqué sur le certificat ! Aussi, il n’est pas utile de mentionner le nom de l’acquéreur sur un certificat car si ce dernier décide un jour de vendre l’œuvre, il pourra ainsi fournir le certificat qui l’accompagne.

L’artiste reste la personne la plus compétente pour établir un certificat d’authenticité, bien que tous les professionnels du milieu de l’art (galeriste, commissaire-priseur ou expert) peuvent rédiger des certificats.

Ce document est à conserver car aucun duplicata ne pourra être délivré. En cas de perte de l’acheteur, l’auteur du certificat pourra fournir une attestation précisant qui est l’acheteur initial de l’œuvre et qu’il n’en existe pas d’autre de même référence.

L’authenticité a aujourd’hui acquis une valeur primordiale, faisant la part belle aux certificats et aux catalogues raisonnés qui ne cessent de se multiplier. Le marché de l’art a ainsi pris conscience qu’une œuvre, c’est aussi et surtout un nom, celui de l’artiste qui lui est apposé. L’œuvre n’existe plus aujourd’hui qu’à travers le prisme de son auteur, auteur qui selon sa renommée ou sa médiatisation détermine le prix de l’œuvre.

Vous êtes un artiste et vous cherchez un modèle de certificat ?

Certificat d’authenticité MyArtMakers

Retrouvez les autres articles du Guide du Collectionneur sur Le Mag ou en vous inscrivant à la newsletter MyArtMakers  !

Advertisements